Bienvenue sur le site mobile des archives départementales des hauts-de-seine.

Nos missions

Histoire du département

Bibliothèque des Archives

Bibliothèque André-Desguine

Bibliothèque La Souvarine

Nos actualités

Plan du site

Contact

L'aviation

Du premier vol en ballon dirigeable en 1784 à la technologie aéronautique de pointe des années 2000, le territoire des Hauts-de-Seine a vu naître l’aviation. Notre département a accueilli des hommes d’exception, pionniers ou grands industriels, qui ont largement contribué à la conquête du ciel.

23Fi325 (détail)
23Fi325 (détail) © Archives départementales des Hauts-de-Seine
Agrandir l'image

A Saint-Cloud, le 15 juillet 1784, le duc de Chartres (futur Philippe-Egalité) participe avec trois autres passagers au premier vol d’un ballon dirigeable qui s’achève dans le parc du château de Meudon.
Un siècle plus tard, le 9 août 1884, Charles Renard et Arthur Krebs, à bord du ballon dirigeable La France effectuent le premier circuit aérien fermé Meudon-Villacoublay-Meudon. Puis, le 13 janvier 1908, Henri Farman, sur biplan Voisin parcourt au-dessus du terrain d’Issy-les-Moulineaux, le premier kilomètre en circuit fermé avec un temps de vol d’une minute et vingt-huit secondes.

Mais les Hauts-de-Seine n’accueillent pas seulement les tentatives aériennes. Sur plusieurs communes de nombreux ateliers de construction se créent et certains se transforment même en usines assurant un début de production industrielle d’avions. Parmi ces constructeurs, signalons Léon Levavasseur, créateur du célèbre moteur « Antoinette », installé à Suresnes en 1903, les frères Charles et Gabriel Voisin à Boulogne-Billancourt en 1906, les frères Farman qui font construire dans cette commune une nouvelle usine en 1911-1912. Mentionnons aussi les frères Nieuport à Suresnes puis à Issy-les-Moulineaux à partir de 1912. Enfin, le plus célèbre, peut-être, Louis Blériot, qui en 1916 fait édifier une grande usine à Suresnes. D’autres constructeurs se spécialisent dans la conception et la fabrication des moteurs, comme Hispano-Suiza à Bois-Colombes et Gnome à Gennevilliers. Toutes ces entreprises vont participer à l’effort de la guerre 1914-1918 et vont produire une très grande partie des 50 000 avions et des 90 000 moteurs construits.

La paix revenue, l’industrie aéronautique traverse quelque temps une assez grave crise et certains constructeurs se reconvertissent en partie ou totalement dans l’automobile : Voisin, Salmson, Hispano-Suiza et  Farman participent notamment à ce mouvement. Cependant, avec le développement de l’aviation civile, de nouveaux constructeurs décident de se fixer sur notre territoire : Emile Dewoitine à Châtillon en 1924 et dès 1930, un homme au génie créatif immense ouvre ses premiers ateliers à Boulogne-Billancourt et à Bois-Colombes. Il s’appelle Marcel Bloch et deviendra célèbre sous le nom de Marcel Dassault.

Il convient aussi de noter dans le domaine de la recherche aérodynamique la création en 1933 de la soufflerie à grande vitesse d’Issy-les-Moulineaux et en 1936 de la soufflerie d’étude de Chalais-Meudon.

Aujourd’hui et en dépit du phénomène de concentration dans l’aéronautique, les Hauts-de-Seine comptent encore sur leur sol des sociétés performantes, notamment la SNECMA (groupe SAFRAN) à Gennevilliers, Dassault Aviation à Saint-Cloud ou EADS à Suresnes.

partager