Bienvenue sur le site mobile des archives départementales des hauts-de-seine.

Nos missions

Histoire du département

Bibliothèque des Archives

Bibliothèque André-Desguine

Bibliothèque La Souvarine

Nos actualités

Plan du site

Contact

Le projet éditorial

J. Gautier, Un général de cinq ans, 1918
J. Gautier, Un général de cinq ans, 1918 © Archives départementales des Hauts-de-Seine

C'est dans ce contexte que vont germer les prémices du dernier ouvrage de Judith Gautier. Six à sept mois après le départ de la famille belge, Judith s'ouvre d'un projet de publication à un correspondant (non identifié), vraisemblablement un éditeur pressenti :

Dinard, Le Pré des oiseaux, 31 juillet 1915
Monsieur,
Le volume que nous avons projeté, Mme Alice Bergerat et moi, destiné aux enfants de huit à douze ans, est intitulé : Bébé pendant la guerre. Il contiendra une sorte de résumé des événements actuels, vus et racontés par des enfants. Cela formera une histoire se suivant dont le héros principal sera un jeune belge de cinq ans (personnage historique) venu de Charleroi et réfugié chez moi à Dinard.
Nous nous efforcerons que ce livre, soigneusement illustré, soit intéressant même pour les grandes personnes.
Croyez, Monsieur, à ma cordiale sympathie
Judith Gautier
(4)

Elle tire, en effet, de cet épisode mémorable un charmant ouvrage, pour lequel elle a l'idée de s'adjoindre la collaboration de sa nièce, en tant qu'illustratrice. Il est clair qu'avec cette nouvelle publication il s'agissait avant tout pour Judith de trouver une source de revenus. Généreuse, mais désargentée, elle se trouvait, particulièrement à cette époque, dans une situation pécuniaire délicate dont elle ne faisait pas mystère. Ainsi, elle écrit à son notaire parisien, Maître Louis Lanquest : "je n'ose vous dire toutes les charges que j'ai laissé s'accumuler sur mes épaules, pas solides du tout, sans parler de trois Belges que j'ai hébergé quinze mois en les défrayant de tout, de mon neveu avec sa gentille femme, que mon beau-frère a trouvé ingénieux de me confier le lendemain de la mort de ma sœur" (5). Cette gêne ira croissant : "pour mes dettes, ami, écrit-elle à Rosny aîné (trésorier de l'Académie Goncourt) le 20 juillet 1917, je vous demanderai de me faire crédit quelques semaines. Je traverse en ce moment un passage difficile" (6).

4. Eric Bertin, "Le dernier amour de Judith Gautier", Bulletin de la société Théophile Gautier, n°25, 2003.

5. Joanna Richardson, Judith Gautier, Paris, Seghers, 1989.

6. Joanna Richardson, op. cit., repris par Agnès de Noblet, Un univers d'artistes - Autour de Théophile et de Judith Gautier, Paris, L'Harmattan, 2003.

Judith Gautier, lettre autographe signée, 31 juillet 1915 ; coll. E. Bertin.
Judith Gautier, lettre autographe signée, 31 juillet 1915 ; coll. E. Bertin. © Archives départementales des Hauts-de-Seine
partager