Bienvenue sur le site mobile des archives départementales des hauts-de-seine.

Nos missions

Histoire du département

Bibliothèque des Archives

Bibliothèque André-Desguine

Bibliothèque La Souvarine

Nos actualités

Plan du site

Contact

Esprit des Lumières

L'édition originale de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Arts, des Sciences et des Métiers (Paris, 1751-1780), dirigée par Diderot et d'Alembert, est la clef de voute prestigieuse du fonds du 18e siècle, riche de 6000 ouvrages. Autour de cette entreprise emblématique de l'esprit des Lumières s'articulent à la fois toute une production polémique, ainsi que les nombreuses autres œuvres des encyclopédistes.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers ; frontispice, 1751, D00001
Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers ; frontispice, 1751, D00001 © Archives départementales des Hauts-de-Seine

Parmi les essais philosophiques, les œuvres de Voltaire et Rousseau prédominent largement. Pour le premier ce sont, par exemple, les Lettres philosophiques sous leur forme primitive parue à Londres, Letters concerning the english nation (1733), puis à Bâle, Lettres écrites de Londres sur les Anglais (1734), le Traité sur la tolérance (1763) ; différents traités d'Histoire, les poèmes philosophiques tel Poème sur le désastre de Lisbonne (1756) ; au nombre des contes philosophiques, Candide (1759) et ses contrefaçons, ou Micromegas (1752).  Les philosophes s'attachant à rendre accessible les principes élémentaires de physique ou d'astronomie, Voltaire publie les Eléments de la philosophie de Neuton mis à la portée de tout le monde (1738). De Rousseau on peut citer Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes en contrefaçon (1755), le Contrat social, sous son titre original Principes du droit politique (1762), Emile ou de l'Education (1762) ; et dans la veine autobiographique, Les Confessions suivie des Rêveries du promeneur solitaire (1782).
Dans leur sillage, on trouve Diderot : Principes de la philosophie morale (1745), Lettres sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient (1749) ; Montesquieu : Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734), Lettres familières à divers amis d'Italie (1767) [à noter que la bibliothèque conserve  quatre ouvrages provenant de la bibliothèque de Montesquieu] ; dans une moindre mesure, Helvétius, le baron d'Holbach, Condillac. Pour l'étranger, les œuvres majeures de Kant sont presque toutes présentes en première édition allemande : Critique de la raison pure (1781), Critique du jugement (1792), Fondements de la métaphysique des mœurs (1785) ; sans oublier les traductions des œuvres de Frédéric II ou de Hume.

Dans le domaine des contes et romans, la bibliothèque conserve les Etudes de la nature (1784-1788) de Bernardin de Saint-Pierre, où se trouve pour la première fois Paul et Virginie, paru ensuite en édition séparée (1789) ; La Religieuse de Diderot (1799), Le Diable boîteux de Lesage (1783), Bélisaire de Marmontel (1767) accompagné des volumes de ses détracteurs ; quelques romans libertins, dont plusieurs éditions rares des Bijoux indiscrets (1772) de Diderot et l'Errotika biblion (1783) de Mirabeau. Enfin, un roman d'anticipation antimonarchique de Louis-Sébastien Mercier, L'An 2440, rêve s'il en fût jamais (1771).

L'art dramatique n'est pas en reste : tragédie imitée de l'antique, comédie de mœurs, comédie-ballet, satire, tous les genres sont représentés, aussi bien par des auteurs mineurs, aujourd'hui oubliés, que par des auteurs consacrés. Ce sont, d'une part, les œuvres de Belloy, Colardeau, Crébillon père, Destouches, Ducis, Collé, Sedaine, Fabre d'Eglantine, Favart, Houdar de La Motte, La Harpe ; d'autre part, les pièces de Chénier, Charles IX (1790), Jean Calas (1793), Henri VIII (1793), de Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard (1730), L'Ile de la raison (1727), Les Fausses confidences (1739), de Beaumarchais avec cinq éditions du Barbier de Séville dont l'originale (1775), et quatre éditions de La Folle journée ou Le Mariage de Figaro dont l'originale (1785), de Diderot, Le Fils naturel (1757), Le Père de famille (1758), et de Voltaire, Œdipe (1719), Zaïre (1732), Mérope (1743), Sémiramis (1749).

Les savants ont largement contribué, par leurs écrits, à diffuser les acquis des Lumières : Lavoisier, Méthode de nomenclature chimique (1787) ou Traité élémentaire de chimie (1793), Linné, Philosophia botanica (1780) ou Entomologia (1789), Laplace, Exposition du système du monde (1796) ou Traité de mécanique céleste (1799), Nollet, Leçons de physique expérimentale (1783), Lacépède, Essais sur l'électricité (1781) en sont quelques exemples.

partager

Voir Aussi